Cabinet MTC
Praticien en Médecine Traditionnelle Chinoise à Paris 9

Le thé a joué un rôle prépondérant dans l’histoire de la Chine.

 

Dans l’ouvrage Shennong Bencao Jing (« Classique de la Matière Médicale du Divin Paysan »), le thé était déjà utilisé pour des applications médicinales.

La dynastie Tang le rendit populaire. Le thé n’est plus seulement consommé pour ses vertus, il est aussi consommé pour son goût.

Sous la dynastie Song, il servit de trésor et de devise.

La dynastie Ming développa des techniques de préparation et des ustensiles qui sont ceux que nous connaissons aujourd’hui.

 

L’expansion du thé dans le reste de l’Asie en fit une boisson de choix, reconnue pour ses vertus spirituelles et thérapeutiques.

Il fallut attendre le 17ème siècle pour que le thé soit introduit en Europe via la Compagnie des Indes Orientales.

Diverses propriétés bénéfiques lui sont alors conférées par les médecins européens, renforçant la mémoire, soulageant les maux de tête ou purifiant le sang.

 

Qu’en est-il de la médecine chinoise ? Quelles vertus donne-t-elle au thé ?

Le thé est indiqué notamment pour certains maux de tête, il calme les douleurs épigastriques, arrête les diarrhées.

En revanche, il est à noter que le thé peut diminuer, voire annuler les effets de certaines substances médicinales chinoises ou médicamenteuses.

Pris en grande quantité ou par des personnes présentant une déficience du yang des reins et de la rate, le thé peut provoquer des nycturies, des mictions anormalement fréquentes, augmenter la frilosité et la fatigue.

 

Il peut aussi, pris en excès, entraîner une constipation, une agitation provoquant des insomnies.

 

Au-delà de ses propriétés, le thé invite au voyage et à la méditation.

Dans son Classique du thé, Lu Yu écrivit « on boit le thé pour oublier le bruit du monde ».

Evidemment pour sa fragrance, pour son goût si particulier, les ustensiles soigneusement choisis, ou encore la beauté changeante de sa couleur.

Mais aussi dès l’évocation de son nom : « Aiguilles d’argent » ; « dragon de jade », « lotus d’or » …

 

Visiter une plantation de thé reste une expérience inoubliable.

 

Cependant, il n’est pas nécessaire de partir en expédition dans la province du Yunnan, à la recherche de la montagne de bambou parfumé, pour participer à une dégustation de thé ou pour découvrir la beauté du thé.

Pour assister à une cérémonie de thé japonaise, le jardin de l'Hôtel Heidelbach, annexe du Musée Guimet, propose des dégustations dans les règles de l’art.

 

Contrairement à la préparation japonaise et à son art de recevoir codifié, la méthode chinoise « Gongfu Cha » prône la spontanéité et la convivialité. 

 

 

« Le thé épouse la conscience des individus, il est le plus sûr révélateur de leur âme ». Henri Mariage


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Medoucine

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.